· 

Faire le deuil de son animal de compagnie

 

Il y a quelques jours, une amie m'informe que son amour de chien (ce sont ces mots), venait de décéder. Elle était en larmes. Lorsque j'ai appris la nouvelle, j'ai moi même pleuré, car je connaissais bien Pacco, et pour moi, il était la joie de vivre incarnée.

Les autres (ceux qui ne savent pas ce que c'est qu'aimer un animal de compagnie) lui disaient :

"Tu ne vas quand même pas pleurer pour un chien !"

Pardonnez leurs, parce qu'ils ne savent pas.

Non, ils ne savent pas que pour certains, la perte d'un animal de compagnie équivaut à la souffrance de la perte d'un enfant.

Car ce compagnon du quotidien nous offrait de l'amour en barre, de l'amour inconditionnel ! Le travail de deuil est d'autant plus difficile à faire, qu'il est un peu honteux, aux yeux de ceux qui nous entourent. Il n'existe pas de congé pour l'enterrement de son animal de compagnie. Alors que la perte de cet être cher peut nous amener dans une dépression profonde !

Ce deuil est compliqué à effectuer. Il nous fragilise. Cette perte nous fait ressentir l'absence et le manque, mais parfois il nous plonge dans une terrible solitude. Car au delà de l'absence, ce sont tous les rituels quotidiens et les occasions de sociabilisation qui nous sont retirées.

Comment traverser cette épreuve douloureuse ?

1. Pleurez !

Osez laisser sortir vos larmes, et tant pis si votre entourage ne comprends pas. Accueillez cette tristesse. Elle a besoin de sortir. Je me souviens que pour mon premier chat "Sacha", j'ai pleuré tous les soirs pendant un an. J'avais huit ans, et la maîtresse s’inquiétait de me voir si triste, (moi qui était une enfant joyeuse). Mais, vivre pleinement ce deuil, m'a permis de devenir résiliente. Surtout, ne cachez jamais à vos enfants la mort de leur compagnon. Il n'y rien de pire que d'attendre le retour de quelqu'un qui ne reviendra jamais ! La mort ne doit plus être un tabou. N'ayez pas peur du chagrin. Vivez le temps de la tristesse. Un jour, la source des larmes sera tarie, le poids sur votre cœur s'allégera, et vous pourrez parler de votre compagnon en souriant avec tendresse.

Quelle que soit notre manière de gérer le chagrin, nous nous ressemblons tous dans notre tristesse.

 

2. Demandez de l'aide.

Si vous en ressentez le besoin, faites-vous aider par un professionnel ou des amis qui ont déjà traversé cette épreuve. Entourez-vous de gens qui ont suffisamment d'empathie, pour vous écouter, vous donner du réconfort.

Les ballades dans la nature peuvent aussi considérablement vous aidez. Embrassez un arbre et offrez lui votre chagrin. Ne refaites pas les ballades que vous faisiez avec votre compagnon, c'est trop tôt. Changez d'air et offrez votre visage au soleil, à la pluie, au vent ou à la neige. Ressentez le calme de la nature s'installer en vous. Vous pouvez aussi vous faire masser, pour ressentir votre corps. Car lorsqu'on est trop dans l' émotion, notre ancrage a tendance à disparaître. Sentez-vous en vie !

 

3. Faites des choses inhabituelles

Sortez de la routine. Ouvrez-vous à des expériences nouvelles pour montrer à votre cerveau que vous ne tournez pas en boucle. Offrez-lui l'oxygène de la nouveauté. Mais attention, ne prenez pas encore un nouveau compagnon. Vous n'avez pas encore traversé la totalité de votre parcours de deuil.

Si vous le souhaitez, vous pouvez écrire une lettre à votre compagnon, dans laquelle vous le remerciez pour ces moments de vie partagés. Écrivez les bons moments, les beaux souvenirs. Vous pouvez aussi faire un album photo qui lui sera totalement dédié. Pour ma part, je le fais systématiquement à chaque décès, et ça me fait un bien fou !

4. Organisez un rituel

La douleur est moins forte, mais les souvenirs restent. Il est temps pour vous de dire "au revoir". Non par à votre compagnon (ça vous l'avez déjà fait), mais à la personne que vous étiez avant cette épreuve. Car, ce que vous venez de traverser vous à non seulement marqué à vie, mais aussi fait grandir. Peut-être même que cette perte vous à initié à une autre dimension de vous même. La mort de ma chienne Champagne m'a ouvert encore plus à la communication animale. Elle a développé mon don chamanique. Lors de ce rituel, demandez-vous ce que cela vous a apporté en conscience... Et Accueillez votre nouveau Moi, plus grand, plus fort, plus humain peut-être.

Honorez-vous, saluez votre courage.

5. Est-ce que j'en adopte un autre ?

Le temps est arrivé. Vous pouvez vous poser la question du remplaçant. Je sais que j'ai beaucoup de mal à vivre sans animal de compagnie. Mais, si vous ne voulez plus vous attacher aussi fort à un compagnon, vous pouvez envisager d'autres solutions. Devenir Petsitter, peut être une bonne solution. Vous gardez les animaux de vos voisins pendant leur absence. Cela vous permet de garder des relations sociales, de faire des câlins et même d'arrondir vos fins de mois. Vous pouvez aussi devenir bénévole dans un refuge. (ils en ont toujours besoin) Et qui sait, peut-être qu'un jour, vous ferez une rencontre qui vous fera craquer...