· 

Champagne, ma belle Champagne

Tu as partagé ma vie pendant 16 ans. Fidéle jusqu'au bout des griffes, tu as attendu que je revienne de mon périple avec les éléphants de Thaïlande, pour me faire comprendre, que cette fois, tu devais me quitter. Tu avais épuisé toute l'énergie de vie qui te restait. Malgré tout l'amour que tu me portais, tu devais quitter cette dimension sans pour autant m'abandonner.

Alors, un vendredi matin, les larmes aux yeux et le coeur au bord des lèvres, j'ai appellé le vétérinaire. Je lui ai demandé de passer pour te soulager de tes douleurs et t'aider à faire ton grand voyage. Comme pour Jumbo, je tenais à ce que tu partes dans un envronnement familier. Le salon te convenait, alors tu as décidé de ne plus bouger et d'attendre.

J'ai mis une couverture et  une aléze au dessous de toi et je me suis couchée à tes cotés. Te serrant fort dans mes bras, te transmettant tout mon amour et ma foi dans une autre dimension. Aprés tout, mon frère Frédéric s'était bien adressé à moi le jour de son enterrement... Pourquoi en serait-il autrement avec nos compagnons à quatre pattes ?

Tu allais rejoindre Jumbo ton amoureux et Poker ton copain. Peut-être même que Tonton Guy t'accueillerais, sait-on jamais ?

Nous avions préparé ton départ avec le vétérinaire. Je lui avais demandé l'autorisation de venir te faire la piqûre létale à la maison. Alors, lorsque je l'ai appelé, il savait quoi faire. Je l'ai accueilli en pleurs. La foi n'empêche pas la trisitesse à venir couler de nos yeux. J'ai branché mon esprit avec le tien et nous avons pu échanger nos dernières paroles d'amour, pendant que le vétérinaire préparait la  piqûre bleue, celle qui endort.

Avec beaucoup de douceur, il a tondu une partie de ta patte. Il nous a laisser le temps de nous dire au-revoir et il a piqué.

 

A peine avait-il injecté 3 ml, que tu étais déjà partie. Décidée de mourir à ton moment et non de la main de l'homme. Ce fut un soulagement pour moi, car tu as confirmé que ton heure était bien venue, que j'avais pris la bonne décision. Je me suis même demandée si ce n'était pas toi qui m'avais préparée à ton départ, pendant les quelques heures où je t'ai tenue dans les bras. Je t'aimais tellement. Tu étais comme un prolongement de moi même, tellement têtue, tellement aimante et tellement gourmande, tellement élégante. Tu as gardé ta fourrure si douce, ta ligne de princesse et tes yeux clairs jusqu'à ta dernière seconde. J'ai vu ton âme s'envoler, mais j'ai senti que le lien du coeur qui nous attachait l'une à l'autre était toujours aussi fort. Et maintenant, tu m'aides dans une de mes missions d'âme.

Oui, tu m'aides à ouvrir les coeurs et les esprits lorsque j'entre en relation avec les autres animaux. Si je fais de la communication animale, c'est grâce à toi et à Caramel. Tous les deux, vous continuez à m'enseigner, à m'aider à donner des soins, à comprendre ce que les autres ont à dire à leurs compagnons humains...

Parfois même, je te sens tellement à mes cotés que je regarde à ma droite. Tu calmes les chiots qui ont été séparés de leur mère trop tôt. Tu me sers d'intermédiaire quand je n'arrive pas à sonder un esprit animal.

Parfois, ta fille, Champomie te sens aussi et redevient joyeuse, comme avant ton départ. Et quand j'accompagne tes congénéres dans leur grand passage, je sais que tu es là pour les accueillir pour m'aider dans ma mission de "passeuse d'âme". Alors merci, ma belle Champagne. Merci pour tout ce que tu as été, ce que tu es et ce que tu seras. Je t'aime toujours et à jamais, car nous sommes encore ensemble!